La naissance du cinéma en Iran a été pour ainsi dire concomitant avec l’émergence du cinéma dans le monde, et la France représente le point de rencontre des iraniens avec l’art du cinéma.

Lors d’un voyage à Paris en 1900, le roi de Perse, Mozaffarod-Din-shah, à l’occasion d’une visite de l’Exposition Universelle, s’est familiarisé avec le fonctionnement du cinématographe et a demandé au photographe de la cour qui l’accompagne de se procurer le matériel nécessaire au fonctionnement du cinématographe pour le ramener en Iran. Ainsi, le premier film d’actualité a été tourné au cours des mêmes années. Comme tous les pays disposant de cinéma à cette époque, les longs-métrages ont gagné en popularité parmi le peuple et les courts-métrages avaient moins d’importance.

Environ soixante-dix ans après l’introduction du cinéma en Iran, un centre gouvernemental appelé « Centre pour le développement intellectuel des enfants et des adolescents » est créé, dont la production de courts-métrages pour enfants et adolescents représente l’une des principales activités. Ainsi, la production de courts métrages en Iran devient plus sérieuse. Un certain nombre de grands réalisateurs de longs-métrages iraniens ont débuté leur activité au sein de ce centre, en réalisant des courts-métrages, donnant ainsi naissance à des œuvres importants dans ce centre et dans d’autres institutions similaires.

Quelques années après la révolution islamique en Iran, la croissance du cinéma, du point de vue qualitatif, s’est considérablement développé et une association intitulé « Société iranienne du cinéma des jeunes iraniens » a été créée, avec comme objectif l’apprentissage du cinéma aux personnes intéressées, ainsi que pour soutenir la production de courts-métrages. Aujourd’hui, une partie importante du corps du cinéma iranien est constituée de ces cinéastes de courts-métrages.

Les courts-métrages sont très populaires en Iran. Plusieurs festivals nationaux et internationaux consacrés aux courts-métrages sont organisés chaque annéeen Iran, et certains de ces festivals de courts-métrages sont considérés comme les plus importants du Moyen-Orient.

L’accueil réservé par le public à ces festivals est tel que de longs fils d’attente se forment toujours devant l’entrée des salles et nombreux sont ceux qui sont contraints de regardent les films debout.

A l’instar des longs-métrages, le rayonnement des courts-métrages iraniens dans les festivals internationaux devient de plus en plus intense, année après année, et les cinéastes iraniens sont parmi les sérieux prétendants aux premiers prix des festivals internationaux. Considérant la variété des méthodes de réalisation de courts-métrages en Iran, il n’existe pas de statistiques précises sur la production de courts-métrages en Iran, mais la production annuelle serait entre 1000 et 2500 courts-métrages de fiction.

Courts-métrages iraniens au Festival du Cinéma Iranien de Chantilly

En tant que véhicule professionnel indépendant du cinéma, les courts-métrages ont toujours grandement intéressé les cinéastes iraniens et chaque année de nombreux festivals indépendants consacrés aux courts-métrages sont organisés en Iran.

Dans le cadre de l’édition 2021 du Festival du Cinéma Iranien de Chantilly, il a été décidé que la présence des courts-métrages iraniens se fera en dehors de la compétition officielle, en vue de familiariser le public français avec les courts-métrages iraniens. Aussi, le processus de sélections des courts-métrages qui seront projetés, n’entraine pas la diffusion d’un appel aux films et l’invitation des cinéastes en question.

La sélection des courts-métrages projetés lors du festival sera le fruit de consultation avec un groupe de professionnels iraniens dans le domaine de courts-métrages, conformément aux spécificités des interlocuteurs du festival.

Secrétaire de la section court-métrage

Monsieur Hossein NAMAZI, écrivain et réalisateur iranien, né en 1981, a suivi des études de cinéma en Iran, et il a mené des activités multiples dans le domaine des courts-métrages. Son dernier long-métrage intitulé « Appendicite » a été porté à l’écran dans différents pays et a remporté plusieurs prix dans des festivals en Iran et à l’étranger.

Parmi les activités de Monsieur NAMAZI, il faut citer : Membre du Conseil de production de films dans différents centres cinématographiques, Responsabilité dans le domaine de production au sein de la Société du Cinéma des Jeunes iraniens en tant que premier et plus importante instance de production de courts-métrages en Iran, Membre du comité de sélection et jury dans différents festivals de courts-métrage en Iran, Réalisation de séries télévisées, Enseignement de l’écriture et de la Réalisation, Ecriture de scripte.